Partez à la découverte de l’Equateur avec nos volontaires N°4 : Quilotoa

Partez à la découverte de l’Equateur avec nos volontaires N°4 : Quilotoa

Aidez nous à nous faire connaitre !

La série “Partez à la découverte de l’Équateur avec nos volontaires” se poursuit avec cet épisode consacré au Quilotoa. Les volontaires qui soutiennent Ahuana sur place participent au développement de projets en accompagnant les femmes et s’imprègnent de la culture locale. Ils en profitent évidemment pour voyager dans tout le pays et bénéficient des conseils de leurs prédécesseurs. Ils ont donc décidé, en faisant le récit de leurs aventures en Équateur, de partager leur expérience pour vous donner des idées !

Nous suivons aujourd’hui Sarah et Margot : Dirección Quilotoa !

Le cratère du Quilotoa et son lac vert

Demandez le programme !

Avant d’y aller, c’est la foire aux questions : est-ce que l’on part pour faire la boucle, la descente au lac vert, et/ou le tour du cratère ?

Effectivement, s’il faut avouer que la lagune du Quilotoa est un point incontournable pour les voyageurs en Équateur, il existe différentes façons de la revisiter. Éliminant d’emblée la plus épicée, par manque de temps, nous choisissons malgré tout de relever la classique descente au lac par le tour du cratère et ses 5 heures de marche en accompagnement, pour en baver à notre sauce.

NB : pour les plus courageux qui aiment assaisonner leur voyage, la boucle du Quilotoa consiste à effectuer une randonnée de 3 jours – au minimum – qui permet de découvrir la campagne de la province de Cotopaxi, en passant par divers villages (et marchés, à condition de viser les jours adéquats).

Photo de Sarah devant le cratère

Une pause (pose ?) s’impose

Le village du Quilotoa : où séjourner ?

Direction Latacunga donc, point de transit obligé à 2h30 de Riobamba. Au départ du terminal terrestre, des bus réguliers se rendent ensuite au petit village du Quilotoa. En y arrivant, après 2h supplémentaires de bus sur des routes de montagne sinueuses, nous nous rendons immédiatement compte que toute la vie économique du village est dédiée au tourisme. Auberges, restaurants et magasins de souvenirs… tout y est ! Vous ne repartirez pas sans votre peluche alpaga. Et, à en juger par de nouveaux édifices en chantier qui s’élèvent, le secteur de la construction a encore de beaux jours devant lui.

La première auberge que l’on rencontre, à l’entrée du village sur la droite, est l’Hosteria Alpaka Quilotoa. Après les négociations habituelles, la maîtresse de maison nous propose le repas du soir, la nuit et le petit-déjeuner pour 15$, ce qui est tout à fait convenable pour l’endroit. Et le wifi, l’eau (relativement) chaude, le poêle à bois dans la chambre et les couvertures bien chaudes de nous convaincre. Étant à 200 mètres du mirador de la lagune, l’endroit est idéal pour aller observer le coucher et le lever du soleil, pour une soirée pyjama des plus inédites ! Par ailleurs, il s’est avéré que le repas du soir comme le petit-déjeuner étaient très copieux et savoureux, critères de choix pour tout randonneur affamé qui se respecte.

Ayant soulagé nos épaules des sacs à dos, nous partons pour la lagune, impatientes de la découvrir sans filtre. C’est donc avec joie et étonnement que s’offrent à nous un cratère découvert et sa lagune au ton bleu-vert, à faire chavirer nos âmes aventurières.

Photo du cratère du Quilotoa

Lac dégagé, on peut y aller !

La descente du cratère

Nous entamons ainsi la descente au lac, non sans s’inscrire au registre (incontournable en Équateur) et discuter avec Hernando, qui, ravi d’aider les touristes et armé de patience pour arriver à LA photo souvenir, nous apprend que ce ne sont pas moins de 300 visiteurs par jour en semaine, 800 les week-ends et jusqu’à 1000 les jours fériés qui empruntent ce même chemin.

30 minutes de vue imprenable sur le lac vert plus tard, nous arrivons au bas du cratère, où il est possible de faire du canoë ou encore de camper pour les plus téméraires. Envisageant alors la montée, nous résistons à l’appel des chevaux et, despacito, rythme imposé par l’altitude, nous prenons notre courage à deux jambes pour regagner le haut du cratère avant la brume et la pluie – in extremis avouons-le.

Réfugiées à l’auberge le temps de l’averse, on abat nos dernières cartes dans une partie endiablée de belote. C’était sans compter sur la météo, qui, malgré ses caprices, nous fera retourner au mirador pour admirer un arc-en-ciel au-dessus du cratère sur son lit de coucher de soleil. Et puisque l’on parle de lit…

Coucher de soleil rosé sur le cratère et arc-en-ciel en fond

Coucher de soleil et arc-en-ciel : un combo gagnant

Le tour du cratère

La journée du lendemain commence par un réveil matinal pour aller contempler le lever du soleil sur le lac, un magnifique spectacle qui aura le mérite de vous laisser les yeux grands ouverts ! Après un petit-déjeuner qui nous donnera de l’énergie jusqu’au début d’après-midi, nous partons pour faire le tour du cratère.

Photo du petit-déjeuner copieux de l'auberge

Le petit-déjeuner de champion !

Une randonnée qui a du chien

Accompagnées de (comprenez “suivies par”) deux gardes du corps canins, nous montons, descendons, montons, descendons, mo… bref, vous l’avez compris, ce sont de véritables montagnes russes ! Ce tour de 5-6 heures permet d’avoir de nombreux points de vue différents sur le lac (et autant de photos), mais aussi d’apprécier le panorama sur le Cotopaxi et les vallées alentour, et de voir des paysans travailler dans les champs de pommes de terre, dont la pente est loin d’être douce.

Le point culminant de ce tour du cratère est le Mont Juyende, à 3930 mètres d’altitude, de quoi vous couper le souffle !

Photo du travail dans les champs de pommes de terre

Champs de pommes de terre en pente à plus de 3800m

Notons que le climat change très rapidement, et que pour profiter au maximum d’une vue dégagée, il est conseillé de partir au plus tôt, l’après-midi étant synonyme de brume voire de pluie.

Pour finir sur une note traditionnelle, le marché de Saquisilí du jeudi matin est un incontournable dans la région. Plusieurs petits marchés y sont répartis : vous pourrez donc déguster un bon hornado, préférer une dégustation de fruits, ou voir des Équatoriens tirés par un cochon fraîchement acheté !

Photo du marché aux animaux rempli de monde

Négociations au marché des animaux

Vous l’aurez compris, quelle que soit la formule que vous choisirez, le cratère du Quilotoa est une étape équatorienne à ne pas manquer ! Chaque expérience est unique, le lac offrant des dégradés de couleurs qui ne cessent de varier, alors à votre tour de nous faire rêver en partageant vos photos sur notre page Facebook !

Si vous envisagez de voyager en Équateur prochainement, n’hésitez pas à passer nous voir dans les communautés de Calpi, près de Riobamba, elles représentent un point de départ idéal pour se rendre au Chimborazo, à l’Altar, à Riobamba ou encore au marché traditionnel de Guamote.

Ecrit par | 2017-12-11T13:58:42+00:00 11 décembre 2017|0 commentaire

A propos de l'auteur :

Laisser un commentaire